Forward into the Past

The Society for Creative Anachronism, Inc. (SCA) is a non-profit educational organization [under United States IRS Code 501(c)(3)] devoted to the study of the Middle Ages and the Renaissance." -- at least that's what the official papers say. However ...

Like many other unusual things, the Society was founded in Berkeley, California in 1966. Since then, the idea has spread all over North America, to Britain, most of Western Europe, Australia and even the Far East. There are currently over 32,000 people on the official mailing list, but approximately four times that many regularly participate in Society activities and the number is still growing!

The Society is currently divided into nineteen kingdoms. The Kingdom of Ealdormere, which includes the Kemptville/Winchester area, covers most of the Province of Ontario.

The concept of kingdoms isn't so far-fetched when you consider that the goal of the Society -- the idea that sets it apart from other historical study groups -- is to teach people about Medieval history by selectively recreating the Middle Ages. By the word "selectively" we mean that plagues, inquisitions, fleas, rats, famine and other good things are conveniently left out.

In practice, this means that in the Society, you do not merely read a book about medieval clothing: you read the book, then make the costume and wear that costume at Society events. You do the same with calligraphy and illumination, jewellery making, silversmithing, armouring, leatherwork, needlework, and tool and musical instrument building -- the list goes on practically without end or limit. Members use the opportunity of the gatherings to exhibit their latest works.

We think this is a better way of learning about the Middle Ages. We KNOW it is more fun!

Besides studying and recreating Medieval arts and crafts, members of the Society simulate the styles of fighting on foot (no jousting -- it's too dangerous) using wooden replicas of swords, maces, axes and lances. Both the weapons and the fighting styles are based on much research and are as authentic as possible. Since even a wooden sword can hurt, we wear steel helmets and protective armour, again made as authentically as possible.

Each of the Society's kingdoms is, naturally, headed by a Sovereign, who reigns for a set and limited time (remember, we selectively recreate the Middle Ages). In Ealdormere, the Sovereign is chosen in a semi-annual Crown Tournament. This is, in effect, an invitational tournament of the kingdom's best men (and women!)-at-arms. The chosen ruler then reigns for six months.

As well as martial activities to satisfy the more bloodthirsty members, the Society offers peaceful activities, notably feasts and revels, in an effort to recreate the atmosphere of a medieval festive night in a castle. At a Society feast, the company dines on a mighty array of dishes prepared according to the most authentic and, of course, palatable recipes we can find. At revels, the performing artists of the Society -- singers, dancers, musicians, magicians -- do their best to entertain the company: a best that is often very good indeed.

The above list is not exhaustive: if it was done somewhere at sometime before 1600, you can probably do it in the Society. For many arts and crafts, guilds have already been organized, in which members share knowledge, experience and encouragement. If you can't find one for what you wish to do, you can probably found one on your own. If you have a skill to teach, you will find intelligent and appreciative pupils in the Society. If you have a performing art to practice, you will find enthusiastic audiences. The only limits to the things you can explore in the Society are your imagination and your willingness to work at it.

There are still more ways to be creatively anachronistic. The Society needs willing volunteers to handle its affairs. Discover a long lost talent for paperwork and become a Seneschal, the administrator of a local group, or learn about heraldry, the art of blazoning coats of arms, and practise that loud voice of yours to become a Herald. There are yet more jobs that constantly need to be filled, diverse enough to suit any taste.

And still other ways. Create and embroider a persona, for example. A Society persona is an alternative version of yourself: what you would have been, or wanted to be, in any country of Western Europe (or any country that had contact with Western Europe) at any time before 1600. Create this alternative self, then dress and behave as much like it as you wish.

The cut-off date of 1600 was chosen because, at that time, romance and the chivalric ideals were being replaced by modern attitudes and gunpowder was decimating the guardians of this romance, the knights of old.

It is this romance that lies at the base of the Society's ideals. It is an organization for people who want to do the things they cannot do between the hours of nine and five, who want to learn things not taught in school, who want to try to be more gracious, more courteous, more honourable -- in other words, better -- than they can be in this modern world of ours.

These are the romantics, the dreamers of the day. We welcome them and their dreams to the Society for Creative Anachronism.


Contact or Canton Chatelaine, or

Visit SCA, Inc: http://sca.org
Winchester/Kemptville group: http://harrowgateheath.com

c. 1974, Roland J. Green, Chicago. Text revised and adapted by members of the Canton of Harrowgate Heath (Kemptville/Winchester area, Ont.), 2007. This is not an official publication of the Society for Creative Anachronism, Inc., and does not necessarily delineate SCA policy.


Il était une fois, jadis

Puisque nous sommes une association médiévale, nous sommes divisés en dix-neuf royaumes dont celui d’Ealdormere qui comprend presque toute la superficie de la province de l’Ontario. Ne soyez pas sceptiques quant à l’existence de "royaumes". Un atout qui nous distingue d’autres groupes est que nous tentons de recréer les aspects les plus favorables du Moyen-Age. Nous laissons de coté la peste, les maladies, les puces, la famine, les inquisitions et bien d’autres petits inconvénients qui firent rage pendant le premier millénaire.

Nous essayons de mettre en pratique ce que nous trouvons dans notre étude du Moyen-Age et de la Renaissance. Une fois que la recherche est terminée, portant disons sur un vêtement de la Cour Française au 12e siècle, l’individu tente de fabriquer ce costume afin de le porter lors d’un événement médiéval prochain. Si vous ne vous êtes jamais assis devant une machine à coudre, ne perdez pas courage! Il existe plusieurs parmi les membres qui seront prêts à vous guider dans votre activité choisie. Il en va de même pour plusieurs arts et sciences tels que la calligraphie, l’enluminure, l’orfèvrerie, la tannerie, le forgeage, etc. La liste des métiers et des arts est loin d’être exhaustive. Les individus sont encouragés, par la suite, à présenter leurs oeuvres lors des rencontres et des événements. C’est en forgeant qu’on devient forgeron!

Un grand aspect de la vie au Moyen-Age est certainement l’art du combat armé. Qui reste imperturbable à la vue de deux combattants en armure? La joute est interdite dans l’association parce qu’elle est trop dangereuse. Les chevaliers se battent seuls ou en groupes avec des copies d’épées, de haches, de lances, de masses faites de bois. Toutefois, notre recherche d’authencité nous mène à nous protéger avec une armure en fer puisque même le bois peut grièvement blesser un individu.

Comme dans le système féodal de jadis, chacun de nos royaumes est dirigé par un souverain qui règne pour une période déterminée de six mois. En Ealdormere, sa Majesté est choisie par une épreuve de combat. Ces épreuves ont lieu lors d’un événement spécial nommé le Tournoi de la Couronne qui est tenu deux fois par an. Ce tournoi réunit les meilleurs chevaliers du royaume et le gagnant ou la gagnante devient souverain.

Si vous trouvez le fracas des armes plus éprouvant qu’émouvant, peut-être que l’escrime pourrait vous tenter: un art plus rapide et agile que le combat en armure mais, toutefois aussi compétitif. Les individus qui pratiquent ce sport portent des masques d’escrime moderne pour se protéger des coups d’épées. Il y a aussi le tir à l’arc pour les membres qui préfèrent des sports individuels.

En plus des arts sanguinaires, l’association offre des activités plus dociles tels que le chant et la musique. De plus, la préparation de festins et d’événements est importante car recréer l’ambience vraisemblable d’une nuit dans un château médiéval est un art en soi. Lors d’un festin, la joyeuse compagnie se régale de divers plats savoureux tirés des meilleures recettes du temps. Les musiciens, les danseurs, les magiciens et les chanteurs font preuve de leurs talents en nous divertissant lors du festin.

Avec un nombre presque illimité d’activités, le SCA tend vers l’épanouissement personnel et le développement de talent. Si l’activité peut être documentée avant l’an 1600, il est plus que probable que vous puissiez la recréer en le 21ème siècle. Pour plusieurs activités artisanales, il existe des ressources historiques pour vous guider. Ne négligez pas non plus les ressources humaines qui pourront vous encourager et seront capables de vous transmettre leurs connaissances et leur expérience. Laissez libre cours à votre imagination, à votre savoir-faire, à votre détermination et vous pourriez accomplir des merveilles.

Si vous cherchez à vous impliquer socialement et ne craignez pas les tâches administratives, l’association recherche toujours des bénévoles pour occuper des postes importants dans sa gestion. Vous pourriez gérer un groupe local en devenant leur sénechal. Si vous ne craignez pas parler à un auditoire, devenez un héraut qui crie les annonces de la Cour et des individus. Il existe de nombreux postes à combler pour des individus doués et intéressés.

Même votre personnage peut être une activité à développer et à embellir. Brodez son histoire, vivez sa vie lors des soirées, car ce personnage éveille une autre facette de votre personnalité. Nous avons choisi l’an 1600 comme date de coupure parce les idéaux de la chevalerie furent remplacés par par un nouveau courant de pensées. La disparition des chevaliers et de leurs moeurs a été provoquée par l’arrivée de la poudre à canon qui ravageait les rangs des guerriers et rendait leur armure désuète.

Ce sont ces idéaux qui sont fondements de l’association. Les membres désirent accomplir des tâches inhabituelles et nouvelles. Ils veulent apprendre et vivre l’histoire d’une façon qu’aucun livre ne pourrait le leur montrer. Ils tentent d’être plus gracieux, plus courtois bref, un meilleur être humain en épousant les moeurs chevaleresques dans un monde moderne.

Ils sont des romantiques, des rêveurs et des créateurs d’un nouveau jour. Nous les accueillons au sein de la "Society for Creative Anachronism".


Pour de plus amples renseignements concernant l’association, veuillez communiquer avec: Chatelaine

(Le groupe et l’association sont majoritairement anglophones, cependant certains membres sont francophones ou bilingues. Si vous êtes plus à l’aise en français, n’hésitez pas à nous le dire afin que nous puissons vous diriger vers les personnes susceptibles de vous venir en aide.)

Vous pouvez aussi visitez le site web-SCA:
SCA, Inc: http://sca.org
Le groupe à Kemptville/Winchester: http://harrowgateheath.com

c. 1974, Roland J. Green, Chicago. Revisé et adapté par les membres du Canton de Harrowgate Heath (Kemptville/Winchester, ON), 2007. Ceci n’est une publication officielle de la "Society for Creative Anachronism", Inc. Ce texte n’adhère nécessairement pas en partie ou en entier avec les politiques de la SCA.